Mars Bleu 2021 – Communiqué de Presse

MARS BLEU : la Nouvelle-Aquitaine se mobilise pour promouvoir le dépistage organisé du cancer colorectal.

Le Président de la République a dévoilé début février la stratégie décennale de lutte contre les cancers 2021- 2030. Ambitieuse, cette stratégie vise à réduire significativement le poids que font peser les cancers sur la santé et la vie des Français. Elle a été l’occasion de rappeler que nous disposons, à portée de main, d’armes efficaces pour lutter contre les cancers : la Prévention et les Dépistages.
« Qu’attendons-nous pour réaliser un test simple et rapide qui peut nous sauver la vie ? »

Dans le cadre de Mars Bleu, mois de lutte contre le cancer colorectal, en Nouvelle-Aquitaine, l’ensemble des partenaires du Centre Régional de Coordination des Dépistages des Cancers de Nouvelle-Aquitaine (CRCDC-NA) appellent chacun, grand public et professionnels de santé, à se mobiliser pour promouvoir ce dépistage fiable et performant qui peut sauver des vies. Mars Bleu est ainsi l’occasion de rappeler la dangerosité du cancer colorectal et l’opportunité qu’offre le dépistage d‘améliorer les chances de guérison et de diminuer la lourdeur des traitements.

Alors, si vous avez entre 50 et 74 ans, demandez le test à votre médecin !

« Le cancer colorectal est le 3ème cancer le plus fréquent et reste le 2 ème cancer le plus meurtrier aujourd’hui en France, avec près de 43 000 nouveaux cas diagnostiqués et 17 000 décès par an. Ce dépistage est encore trop peu réalisé en France et dans notre région : la participation en 2019 n’est que de 30,5% en France, de 31,4% en Nouvelle-Aquitaine avec des écarts de participation selon les départements et a pâti en 2020 du confinement. Pourtant, lorsqu’il est détecté tôt, il se guérit dans 9 cas sur 10. La prévention et le dépistage sont actuellement les armes les plus efficaces contre les cancers les plus répandus ! alors, pourquoi attendre !» comme le souligne Benjamin GANDOUET, Directeur Général du CRCDC-NA.

Le cancer colorectal (ou cancer du gros intestin) touche 4 hommes sur 100 et 3 femmes sur 100, le plus souvent après l’âge de 50 ans. Ce cancer évolue souvent, dans un premier temps, sans symptôme. De ce fait, il est parfois diagnostiqué tardivement et nécessite alors des traitements lourds. Ce n’est toutefois pas une fatalité car un dépistage efficace existe.

Denis SMITH, Président du CRCDC-NA, rappelle ainsi que « L’objectif est d’atteindre une participation de 65% de la population pour réduire de manière significative l’incidence du cancer colorectal (par détection des polypes avant qu’ils ne dégénèrent en cancer) et sa mortalité (grâce à la détection des cancers à un stade précoce). L’enjeu est donc de taille. Le dépistage régulier du cancer colorectal permettrait en effet d’éviter plus de 6 500 décès par an (avec un taux de couverture à 65%) ».

Le cancer colorectal se développe en effet lentement le plus souvent à partir de petites lésions dénommées polypes. La plupart des gros polypes ou des cancers saignent de façon intermittente dans le côlon ou le rectum. Le sang émis par ces lésions se retrouve dans les selles sous forme de traces généralement invisibles à l’œil nu, mais qui peuvent être détectées par un test de dépistage. Ce test permet ainsi d’identifier des cancers à un stade précoce de leur développement, voire de détecter et de traiter des polypes avant qu’ils n’évoluent vers un cancer.

Le Docteur Vanessa RICHIER Médecin coordonnateur CRCDC-NA Dordogne rappelle que « le dépistage organisé s’adresse aux femmes et aux hommes de 50 à 74 ans ne présentant pas de symptômes ni de facteurs de risque (NB : une coloscopie est recommandée pour les personnes symptomatiques ou présentant des antécédents) ». Le taux de participation INSEE 2019-2020 est ainsi de 26,6 % en Dordogne.

Le Docteur Vanessa RICHIER souligne que : « Le test de dépistage proposé est un test immunologique de recherche de sang dans les selles. C’est un test simple, rapide et efficace, à faire chez soi, tous les 2 ans. Il s’agit d’un prélèvement de selles à renvoyer par la Poste grâce à une enveloppe retour. L’analyse est effectuée par un laboratoire unique qui reçoit l’ensemble des tests. Si le test est positif (4% des cas), cela ne signifie pas forcément qu’un cancer est présent mais que du sang a été détecté dans les selles. Pour identifier l’origine du saignement, une coloscopie sera réalisée en complément par un gastroentérologue. »

Le test de dépistage, pris en charge à 100 % par l’Assurance Maladie sans avance de frais, peut être remis par le médecin traitant, les gastroentérologues, les gynécologues et les médecins des centres d’examen de santé.

C’est grâce à la mobilisation de tous, professionnels de santé, acteurs sociaux, institutionnels et usagers que ce combat pour la vie pourra se gagner ! Ils s’unissent tous pour sonner la mobilisation autour de cet enjeu de santé publique :

Depuis 20 ans, les progrès en chirurgie colorectale ont permis l’émergence de voies mini-invasives telles que la cœlioscopie et la chirurgie robotisée à l’origine d’une moindre agressivité et d’une meilleure récupération postopératoire. Plus récemment est apparue la notion de conservation d’organe, dont l’objectif est de réaliser seulement l’ablation de la tumeur sans retirer l’organe sur laquelle elle s’est développée, permettant ainsi d’éviter à un certain nombre de patients une stomie définitive, notamment en chirurgie rectale. Néanmoins, tous ces progrès n’ont d’intérêt que si la détection de la lésion cancéreuse est faite à un stade précoce et non métastatique. Le dépistage est donc un enjeu majeur sur la population afin qu’elle puisse bénéficier de toutes ces avancées. Dr BLONDEAU – Chirurgien digestif – Centre Hospitalier de Périgueux

L’épidémie de COVID-19 que nous connaissons a entraîné des retards de diagnostics de cancers. On estime à 30000 le nombre de cancers non diagnostiqués à cause d’un ralentissement des dépistages au moment du premier confinement. Or on sait que pour certains cancers, la précocité du diagnostic est capitale. Pour le cancer colorectal, nous avons la chance d’avoir un test de dépistage précoce et facile à réaliser, en cette période difficile, la Ligue contre le cancer se mobilise et continuera de se mobiliser pour promouvoir l’accès au dépistage de toutes les personnes concernées.

« Dans le cadre de Mars Bleu le comité rappellera par des actions d’information et de sensibilisation l’importance du test de dépistage, pour les hommes et les femmes de 50 à 74 ans. La prévention est au cœur des missions de notre association. Si le cancer colorectal est détecté tôt, il se guérit dans 9 cas sur 10. Alors, n’attendons pas, passons à l’action. Pour préserver notre santé, consultons et faisons-nous suivre régulièrement » rappelle Annie Le Cam, présidente du Comité Féminin Dordogne.

Savoir, c’est pouvoir agir et soigner ! Mobilisons-nous tous contre le cancer colorectal.

En savoir plus sur : https://www.e-cancer.fr/Comprendre-prevenir-depister/Se-faire-depister/Depistage-du-cancer-colorectal

Dépistage des cancers – Centre de coordination de Nouvelle-Aquitaine.
Contact : Vanessa RICHIER – Médecin Coordonnateur Territorial – 05 53 07 79 39 – v.richier@depistagecancer-na.fr
Katy SAVIGNAC – Chargée de Santé publique – 07 88 21 82 19 – k.savignac@depistagecancer-na.fr