« Résister par l’art de la Littérature »

 

La classe de CM2 vient de remporter, sous la direction de Mme Vergnaud et avec la participation de toute l‟équipe pédagogique, de parents d‟élèves, ainsi que de l‟aide technique de Mr Serge Duriot, le concours national de la résistance et de la déportation 1er degrés.

« Résister par l’art de la Littérature »

Le jury leur a attribué une mention spéciale.

La municipalité a remis la récompense à la classe en présence de Monsieur l‟inspecteur de l‟éducation nationale. La cérémonie a eu lieu le vendredi 24 juin à la mairie.

 

Élisabeth Vergnaud—-> Présentation du concours :

Quel est l’objectif du CNRD ?

 Perpétuer la mémoire et l’histoire de la Résistance et de la Déportation, afin de permettre aux jeunes générations de s’en inspirer dans leur vie d’aujourd’hui en s’appuyant sur les leçons historiques et civiques que leur apporte l’École.) .

 Présentation des approches pédagogique, culturelles et « mémorielles ».

 On résiste d’abord par les mots plutôt que par les armes.

 Comprendre le pouvoir et la force de l’art pour s’exprimer.

 

Serge Duriot —-> Partie technique :

Installé pour l’occasion, les élèves ont évolué sur un vrai plateau de cinéma comportant éclairages, caméras, clap, costumière, habilleuse, maquilleuse, script, etc. Vu l’impossibilité de tourner en extérieurs, l’ensemble des plans fut filmé en utilisant la technique du fond vert. C’est ainsi qu’après l’apprentissage de leurs textes, les élèves de CM2 furent confrontés à une deuxième difficulté, c’est à dire qu’en guise de décor ils ont dû s’adapter à un environnement inexpressif, de couleur unie, verte.

La technique du fond vert est beaucoup utilisée à la télévision, notamment lors de la présentation de la météo, mais aussi dans les grandes productions Hollywoodiennes comme par exemple dans les films de la « Guerre des étoiles ». Cette technique de fond vert permet, après le tournage, d’incruster tous types de décor en lieu et place de ce fond vert grâce à l’informatique. Tous les élèves ont donc participé à la réalisation d’un vrai film et ont pu apprécier les phases principales de la création cinématographique. Dont la très connue phase de lancement : « Moteur… Clap de scène… Ça tourne… Action ! ».Ce fut pour tous les intervenants, une expérience enrichissante et très difficile, nécessitant une concentration extrême malgré la peur de malfaire ou le trac.